Ce message s’affiche lorsque les fonctions de script côté client sont désactivées
ou lorsqu’elles ne sont pas compatibles avec le navigateur que vous utilisez.
Veuillez activer les fonctions de script côté client ou installer un navigateur
compatible avec les fonctions de script côté client.

Gouvernement de l'Ontario | Ministère du Travail | Plan du site | Accessibilité | Corps des caractères : A A A

Accueil | À propos | Bibliothèque des TTO | Formulaires | Directives de procédure | Recherche de décisions | Pour nous joindre | English
 

Questions | Décisions | Processus d'appel | Pour les représentants | À la recherche d'un représentant
Documents et Publications | Ressources juridiques et médicales | Liens les plus populaires | Liens vers d'autres organismes

Tribunal - Général

Étape préparatoire à l'audience

Audition

Étape consécutive à l'audience

Directives de procédure techniques

Services du Tribunal

Médiation

Fondement législatif et objet de la médiation

L’article 130 de la Loi de 1997 sur la sécurité professionnelle et l’assurance contre les accidents du travail (Loi de 1997) prévoit que « le Tribunal d’appel peut fournir des services de médiation dans les circonstances qu’il estime appropriées ».

La médiation a pour objet d’explorer des façons de régler les appels au Tribunal sans tenir une audience complète. La médiation peut aussi raccourcir les audiences du Tribunal en permettant préalablement le règlement de certaines questions ou la formulation de déclarations conjointes des faits.

Cas convenant à la médiation

Le processus de médiation est offert seulement quand il y a deux parties adverses et quand les deux parties participent à l’appel au Tribunal.

Pour avoir droit à la médiation, il faut que toutes les parties et représentants consentent à ce processus.

Le Tribunal doit aussi être d’accord que les questions en litige conviennent au processus de médiation.

En général, les appels complexes, ceux soulevant des questions nouvelles et ceux soulevant des questions de crédibilité ne conviennent pas à la médiation.

Processus de médiation

Le processus de médiation comporte habituellement les étapes suivantes :

a) L’appelant ou la partie intimée demande de traiter l’appel par voie de médiation. L’appelant ou la partie intimée doit demander la médiation avant que le cas soit inscrit au rôle des audiences.

b) Le Tribunal est d’accord que les questions en litige conviennent au processus de médiation. S’il ne convient pas à la médiation, le cas est traité en vue d’une audience.

c) Dans certaines circonstances, le Tribunal peut noter qu’un cas convient à la médiation. Le Tribunal peut alors demander aux parties si elles désirent participer à la médiation.

d) Les deux parties doivent accepter de participer au processus de médiation. Si une partie n’accepte pas de participer à la médiation, le cas est traité en vue d’une audience.

e) Toutes les parties signent un formulaire de consentement indiquant qu’elles acceptent de participer au processus de médiation.

f) Des membres du personnel du Tribunal spécialement formés comme médiateurs aident les parties à transiger ou à clarifier les questions en litige. Les médiateurs utilisent des techniques telles que la médiation, la négociation et l’évaluation neutre pour essayer de régler l’appel. Les médiateurs peuvent :

g) Quand les parties parviennent à s’entendre, un vice-président passe leur projet de règlement en revue. S’il est satisfait de la recommandation soumise, le vice-président l’incorpore dans une décision. Tous les projets de règlement doivent être compatibles avec la Loi et les politiques de la Commission. Si le vice-président n’est pas satisfait de la recommandation soumise, il achemine le cas en vue d’une audience devant un autre vice-président sans verser la recommandation au dossier. Les décisions du vice-président sont définitives et constituent des décisions exécutoires du Tribunal.

h) Le Tribunal peut quand même tenir une audience :

Confidentialité et médiation

Le processus de médiation est confidentiel, ce qui veut dire que :

Il existe quelques exceptions à la règle de confidentialité. Cette règle ne s’applique pas :

Collaboration à la médiation

Les parties et leurs représentants sont censés collaborer pleinement avec le médiateur. « Collaborer pleinement » veut dire :

Si une partie ne collabore pas, le médiateur a le pouvoir :

Documents connexes :

Directive de procédure : Médiation
Autre : Loi sur la sécurité professionnelle et l’assurance contre les accidents du travail, article 130

[Retour]